barre.jpg

Liens / Links - Divers / Miscellaneous

1968 - 1969 - 1970 - 1971 - 1972 - 1973 - 1974 - 1975 - 1976 - 1977 - jaquettes cds/covers - Madison - Straight arrow

accueil/home - sommaire principal/main summary


Divers - 1

Bande originale du film "Loving you"

Loving you n° 1

Got a lot o' livin' to do (Deville)

Lets have a party n° 1 (Longhorn)

Lets have a party n° 2 (Haroldsville)

Medley : Teddy bear / Got a lot o' livin' to do / Hot dog

Lomesome cowboy (Rodeo city)

Hot dog n° 1 (Towanda)

Hot dog n° 2

Mean woman blues (Buckhorn Tavern)

Teddy bear (Amarillo)

Loving you n° 2 (Ferme de Jessup)

Loving you n° 3 (Freegate civic auditorium)

Got a lot o' livin' to do n° 2 (Freegate)

 

 

The Lost album (More pure Elvis)

lost

Moody blue (version inédite, plus longue)

When I'm over you (version différente de RCA)

It's a matter of time (version RCA)

Sweet Angeline (version RCA)

Hurt (version RCA)

Shake a hand (version RCA)

Promised land (version RCA remixée avec synthétiseur)

Heart or Rome (version RCA)

If you don't come back (version différente de RCA)

Mr Songman (version RCA)

Fol ol' time shake (version différente de RCA)

Love comin' down (version RCA)

Toutes les versions du CD tournent trop lentement de 1 demi ton,
notamment la dernière "Love comin' down" qui tourne trop lentement de un ton.

 

 

American reject

Rejects

In the ghetto (tourne 1/2 ton trop lentement sur le CD - avec les chœurs)

Hey Jude (sans les chœurs)

Without love (sans les chœurs)

This is the story (avec les chœurs)

A little bit of green (sans les chœurs)

Mama liked the roses (sans les chœurs)
Le pont parlé par Elvis est sans voix soliste derrière.
Au final, un choriste l'accompagne.
Cette version est différente de celle de RCA.

Inherit the wind (avec les chœurs)

A part "In the ghetto", toutes les autres versions sont OK pour la vitesse.

Ce sont des versions RCA avec ou sans les choristes

 

 

Radio Recorded Revisited

Traduction de la présentation des chansons au dos de l'album vinyl

Dans l'année 1961, Elvis Presley visite les studios d'enregistrement de Nashville et Hollywood au moins fix fois. Les éternels classiques comme "Good luck charm", "Judy" et "Kiss me quick" résultent de cette session.

Maintenant, plus de trente-trois ans après, ces chansons ont un son remarquablement récent, peut-être à cause du son "happy-go-lucky" typique des enregistrements d'Elvis entre 1961 et 1963. En 1961, la voix d'Elvis a atteint les sommets de la perfection ; l'homme peut faire des ballades de type opéra "there's always me", d'un honnête rock' n' roll "Little sister". A travers cette unique performance, Elvis peut faire se transformer de médiocres chansonnettes comme "I got lucky" et "Riding the rainbow" en chef-d'œuvre plaisant à écouter. Rappelons à cette occasion le très bon Doo-Wop, type de chanson des années soixantes, avec lequel les chansons rivalisent de facilité, l'une et l'autre de feeling et de perfection.

Même lorsque, en 1961, le rock' n' roll aux USA a bien été dilué par les analogues Bobby et Ricky, Elvis prouve qu'il peut tenir ce genre avec une égale facilité quand il aide la création. "King of the whole wide world" est une grande chose. Avec sa bande, calme derrière lui, Elvis délivre une version parfaite avec M7, prise 3. Deux versions différentes de la chanson sont bien sur la bande, M1 commence par un tempo medium et M7 par le genre "raunchy". La version entendue sur cet album est très supérieure à celle réalisée en 1962. Dans la version réalisée, Boots Randolph, le saxophone solo ; est coupé, peut-être parce que Boots semblait incapable de créer un solo convenable dans la chanson. Quand même, seulement sur l'intensité de "King of the whole wide world", la musique du film d'Elvis Presley atteint la position numéro 30 au Billboard "Hot 100" des Hits parades des singles !

Sur la version réalisée de "Whistling tune", l'intro est coupée, la prise entendue sue cet album est une minute plus longue. Une autre intro raccourcie avant la réalisation est la chanson avec les Jordanaires "I got lucky" ; 2 versions inédites, M5 et MX5, que l'on peut écouter ici. "Riding the rainbow", M4 prise 1 est sensiblement différente de la version réalisée, laquelle est actuellement celle mixée en M4, prise 9 et MX4, prise 7;

"This is living" est intentionnellement l'original de la chanson rapide que l'on peut écouter en comparaison dans les prises 1 et 2, et 7 et 8. Sur la face 1, deux versions très lentes de ballades sur cet album "Home is where the heart is", sont inclues. Là, Elvis est actuellement en train de bâiller juste avant le départ de la prise 10 ! Sur la dernière prise (sur la face 2), la chanson est encore sur un tempo assez rapide, et les arrangements sont bien bons, il en résulte éventuellement la prise 20.

Avec l'exception de "King of the whole wide world", les six chansons enregistrées pour la musique du film "Kid galahad" sont en droite ligne des chansons pop. Elvis a souvent été critiqué autrefois pour laisser ses racines au rock pour ce son "happy-go-lucky". En tout cas, les prises présentées ici prouvent qu'il a chanté "Riding the rainbow". Enlevons la poussière d'or des rainures - vous vous trouvez là où LA MAGIE EST ENCORE ICI !

 

 

Good rockin' tonight

Traduction de la présentation des chansons au dos de l'album vinyl

Avec det enregistrement, le label BopCat est lancé enfin à un meilleur public et à un plus grand nombre ; par la plus grande influence du rock jamais enregistré. Les racines de toutes les musiques rock sont retrouvées dans les sons provenant du Sud des USA durant les années 50 ; quand il y a eu la fusion entre le rythme noir et le blues avec la "country music" blanche. Le symbole de la nouvelle musique fut Elvis Presley ; et son inclusion sur le "Good rockin' tonight" est bien le meilleur de ces précédents enregistrements publiés, avec d'autres enregistrements non publiés également, par trois autres articles qui furent à Memphis durant les années 50.

Face 1. Le 5 juillet 1954, Sam Philips, pattron de la "Sun Records" rassemble au studio d'enregistrement de Memphis trois musiciens de country et il eu l'idée d'enregistrer dans un contexte similaire ces musiciens de boues ; il les a vraiment bien enregistré, et pour des années. Il y a de jeunes chanteurs qui aiment le gospel, mais qui pouvaient suivre d'un pas énergique l'œuvre du guitariste électrique Scotty Moore et du bassiste Bill Black. Ce trio a travaillé sur plusieurs chansons pendant des semaines et a testé leur connaissance avec la bande de Doug Poindexter, lequel a actuellement comme membres Moore et Black. Ce sont des musiciens de country, mais Sam Philips insista pour qu'ils concentrent et développent le rythme R & B, devenant ensuite une bande de rock' n' roll.

De la première session d'enregistrement vient "Blue moon of Kentucky", une chanson "bluegrass" prise sous un chemin nouveau. La version originale réalisée est plus rapide que le fort country pris et inclu ici, dans ce concert, et cela destine ce travail à aller vers la création du son SUN. La fusion du country, blues et gospel va vers le rock' n' roll du Sud, venant naturellement de ces exécutants, se développe à l'oreille, pour les trois styles, mais il est important et difficile de créer un son dans l'enregistrement de stuio qui fait se combiner leur manière commerciale. "C'est la subtile réalité. C'est la chanson pop de maintenant," dit Sam Philips à la fin de "Blue moon of Kentucky".

La prochaine session du groupe commence en septembre 1954 et il en résulte le "Good rockin' tonight". La fusion des styles applique également des chansons de blues pareilles aux hits de Roy Brown et Wynonie Harris, et aussi des chansons populaires telles que "I don't care if the sun don't shine", laquelle fut enregistrée lors de cette même session.

La version de cette chanson inclue ici ne fut pas sortie avant. La version complète avec un fort rythme de basse est précédée de deux faux départs quand le chanteur perd le rythme et alors s'effondre en éclat de rire, il a oublié les paroles !!!

L'importance du nouveau son facile, est en fait que le public de la country blanche peut maintenant acheter de la musique "noire" faite par un groupe blanc et c'est le début de la dislocation de la ségrégation musicale rigide qui continue encore aujourd'hui. Le seul mauvais résultat de ceci fut plusieurs des meilleurs slows, les représentations country ne furent pas utilisées jusqu'à aujourd'hui. "Blue moon of Kentucky", par exemple, et aussi "My baby is gone" ont eu un test sur acétate pressé pour les DJ locaux, et furent mis à l'écart en faveur d'une version rapide d'une autre chanson réalisée aussi par Sam Philips, "I'm left, you're right, she's gone". Une autre représentation non réalisée de "I'll never let you go little darlin" qui combina le slow et un rythme rapide pour la même chanson.

En juillet 1955, le trio est devenu un quatuor de rock' n' roll. Le batteur D.J. Fontana a travaillé avec lui à Shreveport, à la station de radio KWKH et il se joint au groupe pendant leurs apparitions fréquentes à la radio de Shreveport durant la première partie de 1955. Le batteur Fontana ajoute un support aux lourds battements de "Mystery train". Celui-ci fut précédemment un succès du rythm and blues pour le label SUN dans les mains de son créateur, Junior Parker, pendant la dernière partie ; il a joué aussi la chanson country de Stan kesler et Charlie Feathers, fait l'arrangement de la version de la chanson suivante inclue ici. charlie Feathers joue et chante encore de nos jours à Memphis.

Face 2. La musique des concerts de cette face montre trois talentueux et différents jeunes chanteurs du Sud s'ajoutant à la légende de Presley, et les successeurs du son SUN, lequel devient connu dans la musique rockabilly. Billy Lee riley n'a jamais fait d'enregistrements ayant réellement eu un succès commercial, mais sa contribution au développement de la musique à Memphis est important, une étiquette d'organisateur, un musicien de session, et certainement pas un des plus petits chanteurs. Ce chanteur de country de l'Arkansas vient à Memphis en 1955 et rencontra Slim Wallace et Jack Clément qui lui firent quelques chansons enregistrées sur bandes dans le garage de Wallace à Fernwood Drive à Memphis. Ce fut le départ du label Fenwood, mais les deux chansons qu'ils enregistrèrent avec Riley furent vendues à Sam Philips, et elles sont maintenant inclues ici.

Warren Smith vient d'un mouvement similaire de Memphis et pendant que Riley enregistrait ses chansons à Fernwood, Smith avait un métier de chanteur avec une bande de country, la "bande de Clyde Leoppard". Une partie de cette bande alla avec Smith chez SUN pour leur première session d'enregistrement quand il persévéra dans un son rockabilly. Il récupéra pour eux un de ses premiers enregistrements de la session, et Smith parti après qu'il fut un chanteur de country à succès. Sa contribution au rock' n' roll est aussi évidente.

Un des plus grands artistes créatifs du rock' n' roll du Sud fut Jerry Lee Lewis. Utilisant seulement son piano et sa voix clairsemée, Lewis était capable de générer une fantastique énergie et de toujours canaliser une route fraîche. Deux versions d'une chanson jamais entendue de Lewis sont complexes. La version du "Great ball of fire" inclue ici est considérablement différente de la version connue, et aussi "Miss Milkshake" qui est différente des deux autres versions enregistrées à la même session.

Ce retour de Jerry Lee est une comédie enregistrée à la demande des critiques du mariage de Lewis. Ils s'entendent à l'unisson et plusieurs hits enregistrés furent intercalés avec des questions du DJ George Klein. Les questions ne touchent pas seulement la religion, mais sur plusieurs autres choses que Lewis a dites. Billy Riley fut présent à cette session, et il en résulta le "Great ball of fire", et avant que les musiciens travaillent un enregistrement, il tourna la bande sur la discussion que Jerry Lee a eue, principalement avec Sam Philips. Lewis fut bien un élève de la "Southern bible school" et malgré son image sauvage et ses activités indéniablement outrageuses, il a gardé sa croyance religieuse fondamentale. C'est sous une forme de succès financier qu'il fit "Whole lotta shakin' goin' on" et d'autres enregistrements, et dans cette discussion, il est incapable de réconcilier la musique du "diable" avec les "chrétiens" visant la soul "rasante". Sam Philips est fatigué de dire que dans sa musique il n'y a pas de religion, mais c'est effectivement un besoin non mauvais. Il semble que Philips dirige et persuade Lewis - le monde de la "rock music" n'est pas si pauvre qu'il paraît.

BopCat Records a réalisé ces enregistrements, plusieurs d'entre eux sont bien introuvables à la longue, et ils ont essayé de ranger les influences musicales et les personnalités qui vinrent dans les débuts de la "rock music". Les morceaux ici viennent seulement de Memphis et seulement d'une série de musiciens, mais plusieurs bonnes musiques similaires furent éditées ou non entendues, dans le temps, et ce ne fut pas les seuls artistes qui méritèrent d'être écoutés. Memphis n'est pas seulement la ville qui a produit pareille musique. BopCat Records a bien visée, faisant cette musique disponible au public et aux grandes archives connues des racines de la "rock music".

Les numéros 1, 6, 7 de la face 1 ont été mis sur bande deupis l'enregistrement d'un 78 tours SUN.

 

 

Coffret Elvis Aron Presley

& For LP fans only

Comparaisons en durée des prises entre le coffret vinyl et le coffret K7,
et aussi le LP bootleg "For LP fans only"

Les prises sur le coffret K7 (CPK8-3699) sont des versions du coffret vinyl/cd rallongées par RCA.

 

Follow that dream (take 2) : k7 : 1:57 - vinyl : 1:40

Can't help falling in love (alternate) : k7 : 2:42 - vinyl : 1:46

Thanks to the rolling sea (cappela, alternate) : k7 : 1:48 - vinyl : 1:15

I'm leavin' k7 : 4:34 - vinyl : 3:47 - bootleg : 4:30

The first time ever I saw your face k7 : 4:19 - vinyl : 3:39 - bootleg : 4:14

Hi-heel sneakers k7 : 5:04 - vinyl : 2:44 - bootleg : 5:00

Fool k7 : 3:46 - vinyl : 2:34 - bootleg : 3:42

It's only love k7 : 5:35 - vinyl : 2:40 - bootleg : 5:29

I will be true (Elvis au piano) : k7 : 2:07 - vinyl : 2:32

 

­ PAGE SUIVANTE ­


Liens / Links - Divers / Miscellaneous

1968 - 1969 - 1970 - 1971 - 1972 - 1973 - 1974 - 1975 - 1976 - 1977 - jaquettes cds/covers - Madison - Straight arrow

accueil/home - sommaire principal/main summary

REMONTER EN HAUT DE PAGE / UP

bas2.jpg